Devenir coach de vie : 3 choses à savoir absolument

Vous pensez peut-être devenir coach de vie ?  Pour avoir une vie pleine de sens au service des autres.

Les métiers du coaching se développent énormément, et de plus en plus de personnes veulent se réorienter professionnellement vers cette activité.

Alors vous vous posez surement de nombreuses de questions comme :

  • Quelles démarches suivre pour y parvenir?
  • Où me former, que vaudra mon diplôme?
  • Comment je vais faire pour avoir des clients?
  • Combien vais vais gagner
  • Comment je vais faire pour y arriver

J’ai moi même effectué ma reconversion professionnelle pour devenir coach, j’en ai rencontré de nombreux et je voulais vous partager mon expérience pour vous donner quelques repères importants.

Pour éviter que le rêve ne vire au cauchemar, voici   3 choses à savoir absolument avant de vous lancer.

devenir coach de vie prend du temps pour assimiler

1 – Il faut du temps pour assimiler et changer de vie

Devenir coach de vie est souvent un changement radical d’orientation professionnelle. On passe d’un métier plus classique à une activité indépendante, ce qui change énormément de choses dans  :

  • la façon d’appréhender le travail
  • le mode de vie
  • son rapport au travail
  • sa rémunération
  • les rapports sociaux

Et cela ne se fait pas en quelques semaines. Il faut beaucoup de temps pour se faire à cette nouvelle vie, pour assimiler la formation, pour changer de paradigme, d’environnement de travail et créer un futur satisfaisant.

Lors de ma formation, j’ai rencontré des personnes de tous les horizons : infirmières, ingénieurs, gendarmes, directeur des ressources humaines, consultants, commerciaux, Informaticiens, directeurs de la communication et même des profs qui démissionnaient de l’éducation nationale.

De tous ceux qui on fait la formation, moins de 30% exercent encore aujourd’hui ou on réellement choisi d’en faire leur activité principale.

Leur dénominateur commun : ils voulaient tous aider les autres et améliorer leur vie, il leur a fallu comme pour moi entre 2 et 3 ans pour y arriver.

Aider les autres n’est pas un métier anodin

Améliorer le quotidien des gens

Quand on est coach de vie, on aide les personnes qui le souhaitent à améliorer leur quotidien en atteignant des objectifs qu’ils se sont eux même fixés. Cela peut porter sur des sujets comme :

  • la relation à soi : la confiance en soi, l’estime de soi, les blocages,
  • la relation aux autres : conflits, problèmes relationnel, tensions,
  • la relation avec le monde : regard des autres, perception du monde,…

Pour cela le coach amène son client à réfléchir et prendre du recul sur ce qu’il  :

  • FAIT : ses comportements externes visibles : ce qu’il fait
  • PENSE : ses processus cognitifs : son mental, ses pensées, ses croyances
  • RESSENT : ses  émotions et ses ressentis

En devenant coach de vie, vous allez donc developper une relation particulière et intime avec vos clients. Les bases et les fondements de cette relation sont :

  • La confiance : pour qu’il se livrent à vous et vous parlent de leur vrais problèmes
  • La sécurité : afin qu’ils se sentent rassurés, écoutés en toute confidentialité
  • Le respect : vous ne pourrez jamais juger leur point de vue,
  • La bienveillance : au coeur de la relation d’aide, pour accompagner avec une intention positive
  • Le cadre : les séances sont cadrées avec des objectifs formalisés, un contrat, une structure, un début, une fin

La particularité du coach c’est qu’il n’a pas d’obligation de résultat. Uniquement des obligations de moyens.

Par contre il se doit d’être exemplaire, et d’avoir lui même des résultats. On voit mal un coach sportif obèse  et de la même façon un coach de vie neurasthénique, négatif, pessimiste ou mal dans sa peau.

L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer, c’est la seule.

Albert Schweitzer

De vraies responsabilités

En tant que coach de vie, vous pouvez avoir un impact énorme sur la vie des gens : les stimuler, les inspirer, les motiver, les faire agir, réagir, se dépasser… Vous pouvez parfois même leur sauver la vie, les induire à transformer leur existence, et donc les marquer profondément.

Et donc vous avez une ENORME responsabilité et un certain pouvoir sur les gens.

La bonne nouvelle, c’est que si vous êtes juste mauvais il ne se passera rien, la personne continuera de faire ce qu’elle faisait auparavant et se dira qu’elle a juste perdu son temps et son argent avec vous.

Par contre, certains peuvent utiliser ce pouvoir à mauvais escient et manipuler des personnes fragiles, se transformer en Guru… Vous devez en permanence être conscient de votre capacité à influencer et de ce pouvoir sur les gens. Ainsi utilisez vos talents et vos compétences de coach pour vos clients et non pour vous ! En respectant systématiquement la notion d’écologie pour la personne, c’est à dire toujours vérifier que ce qu’elle veut atteindre n’a pas d’inconvénient majeur pour elle.

Devenir coach de vie

15 jours pour devenir coach de vie ? 

Pouvoir, responsabilités, compétences, attitude …. Vous l’avez compris, tout cela ne s’apprend pas en 15 jours. Surtout quand on a exercé un métier totalement différent, avec d’autres comportements, d’autres attitudes et habitudes, avec des responsabilités à d’autres niveaux.

D’ailleurs combien de temps avez vous mis pour apprendre votre métier actuel ? Quelle que soit la formation, la durée est en général un gage de qualité. Fuyez les formations express, tout ce qui est trop rapide n’a pas le temps d’être assimilé.

Par conséquent, méfiez vous de ceux qui vous disent que vous pouvez devenir coach de vie ou même d’une autre spécialité en 2 semaines.  Le problème n’est pas dans le contenu de la formation. Aujourd’hui je pense que la plupart des formations sont correctes sur le contenu.  Le problème est dans l’expérience du centre de formation, de ses formateurs, de ses coachs, de la durée des ateliers pratiques et du temps passer à être supervisé et recadré.

En dehors d’une petite minorité de personnes qui ont un sens aigüe de l’écoute et des aptitudes naturelles pour accompagner les autres, vous allez devoir faire une grosse remise en question.

C’est une évidence, vous ne changerez pas radicalement en 15 jours. Vous allez juste apprendre des nouvelles techniques. Vous allez avoir l’impression de savoir, de maîtriser, … Mais comme pour un cuisinier amateur, si je vous donne la recette d’un plat de restaurant 3 étoiles, saurez-vous le réaliser? Quel serait l’avis d’un client qui gouterait votre plat?

Dans la formation, qu’elle que soit celle que vous réaliserez, vous allez developper un SAVOIR-FAIRE

En seulement 15 jours vous ne pourrez pas développer un réel SAVOIR-ETRE qui est la clef de la réussite du métier de coach de vie.

Privilégiez toujours les formations qui ont une grosse partie pratique, et qui ont un suivi dans la durée. Celles qui ne vous lâchent pas dans la nature une fois que vous avez terminé.

Avant d’être capable d’avoir suffisamment de recul pour faire travailler vos clients sur leur rapport à eux, aux autres et au monde, il va aussi falloir que vous fassiez un travail sur vous.

La nécessité d’un travail d’introspection personnel

On vous le dira parfois, de façon détournée, pour effectuer un métier dans la relation d’aide, il est plus que recommandé, voir nécessaire d’avoir effectué un travail d’introspection personnel.

Pourquoi est-ce nécessaire? Pour :

  • Mieux se connaitre : ses forces, ses limites, ses risques, ses faiblesses, et identifier et filtrer tout ce qui pourrait desservir l’intérêt de vos clients
  • Maitriser et comprendre  ses émotions : afin de rester centrer, à l’écoute,
  • Limiter les risques d’interprétation : nous sommes des machines à juger et il est très difficile de ne pas s’en empêcher. C’est un travail permanent qui demande de l’expérience. Cela vous évitera bien souvent de vous tromper.
  • Eviter les transferts :  qui amènent le coach de vie à s’identifier au client et influencer celui-ci en fonction de son propre vécu.
  • Ne pas tomber dans le piège du conseil : donner son avis ou orienter le client pour faire ou non telle action en fonction de soi et non de l’intérêt de son client.
  • L’écologie avant tout  : garder en tête de vérifier que tout ce que le client veut faire ne va pas provoquer d’inconvénient majeur dans sa vie.
Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les 4 secrets pour vendre sans vendre (4/4) - Faire la différence pour vendre

Pour éviter toutes ces dérives et avoir la bonne attitude, il s’agit de developper sa capacité d’analyse de soi. Pour se sentir à sa place et en harmonie et ne pas rayonner ses propres frustrations sur ses clients.

Y arriver seul est impossible, c’est la raison pour laquelle je vous recommande d’amorcer un travail thérapeutique le plus tôt possible par le biais de l’approche qui vous attire le plus : thérapie, psychanalyse, Gestalt, Hypnose…

Je vous livre mon avis personnel, pour moi un coach de vie doit s’intéresser à la psychologie, à la psychanalyse, à toutes les formes de thérapies sans forcément les connaitre mais appréhender les grandes lignes.

En plus de votre expérience personnelle, c’est ce qui fera votre force et votre richesse de coach, et vous rendra unique en vous différenciant des autres.

Enfin, plus tôt vous commencerez ce travail et plus vous prendrez de maturité pour être efficace rapidement au service de vos clients.

Devenir coach de vie : un entrepreneur du Bien-être

2 – Vous serez un entrepreneur du bien-être

Devenir coach de vie vous fera entrer dans la grande famille des entrepreneurs.

Je pense que je n’ai jamais vu aucun article sur le sujet, en France on considère plus le coach de vie  comme une profession libérale, un indépendant ? Et bien c’est une énorme erreur !

Les professions libérales : avocats, dentistes, médecins,… n’ont pour la plupart pas le droit de faire de publicité ni d’actions commerciales. Cela a changé pour les avocats mais la profession reste très regardante sur le sujet au regard de leur code de déontologie. Autrement dit, une idée très ancrée, quand on est libéral : on met sa plaque et on attend les clients dans son cabinet.

Les avocats commencent à évoluer car de plus en plus ne gagnent pas le SMIC. Ils sont 40 000 sur Paris ! Pour les médecins en ville ou dans le sud de la France c’est parfois aussi compliqué.

Croyez-moi si vous faites cela comme coach de vie, vous n’allez pas tenir longtemps non plus.

Or le but de votre reconversion professionnelle est bien d’avoir une nouvelle activité rémunérée ou vous allez améliorer votre qualité de vie? n’est-ce pas?Si vous ne gagnez pas assez, que vous  n’avez pas de chiffre d’affaires, pas de clients ? Que va-t-il se passer ?

C’est la raison essentielle qui doit vous pousser à vous rappeler chaque jour durant la création de votre projet : qu’un un coach de vie est un entrepreneur du Bien-Etre.

Vous allez donc devoir créer une entreprise et en prendre la tête, même si vous êtes tout seul.

N’oubliez jamais

Une entreprise est une activité commerciale, durable, rentable et si possible qui peut fonctionner sans vous.

Quel que soit le domaine, et si vous voulez bien vivre de votre activité de coach de vie, vous allez devoir construire une activité :

  • Commerciale : vous faire connaitre, mener des actions de developpement, de réseau, promotions, …
  • Rentable : vous devrez gagner de l’argent avec ça; sinon faites de l’humanitaire ou une association.
  • Durable : vous devez garantir votre activité pour les années à venir. Un seul gros contrat ne peut suffire, vous ne devez jamais vous arrêter de penser à votre developpement. Une entreprise qui stagne régresse.
  • Fonctionner sans vous? Est-ce possible? Vous pensez que le coach vend son temps contre de l’argent, mais rien ne vous empêche de developper d’autres sources de revenus qui peuvent même devenir vos principaux revenus : grâce à internet, écrire des livres, vendre des formations en ligne, créer une franchise,…

 Le développement de votre activité et votre rentabilité : la priorité

Je rencontre de nombreux coach dans tous les domaines qui avant même d’avoir 1 seul client ont :

  • développé un magnifique site internet, acheté une marque, déposer des droits d’auteurs, de copyright,…
  • Investi dans des bureaux rutilants avec un bail de 3 ans…
  • acheté des tonnes flyers ou de support visuels, des espaces publicitaires, payé des articles sur des sites spécialisés…

Ils se retrouvent souvent à courir après les clients, pour compenser les pertes et tout juste équilibrer leur bilan quand il y arrivent.

 3 règles simples à respecter : 

  • Règle N°1 : construisez un vrai business plan réaliste. En sachant que la première année sera surement proche de 0. Donc toute dépense en dehors de votre developpement commercial est à éviter.
  • Règle N°2 : Chaque Euros investi doit vous en rapporter  au moins 2 au début.
  • Règle N°3 : Tester à très petite échelle  et mesurer les résultats de toutes vos stratégies commerciales.

Ce qu’il ne faut pas faire 

Prenons l’exemple de Madame X qui s’est installé(e) et qui a pris des bureaux avec un loyer de 1000 euros par mois alors qu’elle n’a que quelques clients  et environ 15 000 euros de Chiffre d’affaires. Ses dépenses locatives représentent déjà 12 000 euros. En intégrant ses frais, déplacements etc… elle perd de l’argent.

Ne prenez pas de locaux pour démarrer. Même les centres d’affaires sont trop chers. Faites-vous hébergé(e), louez occasionnellement à la journée, ou à l’heure, ou alors le plus simple, solution que j’utilise : faites vos rendez-vous dans des lobby d’hôtels 4 ou 5 étoiles qui seront ravis de vous recevoir. Cela vous coutera le prix d’un café et n’altérera en rien votre image. Je connais d’excellents coachs réputés qui ne reçoivent que dans des hôtels.

Au lieu d’avoir un site internet institutionnel qui ne sert à rien, concentrez vous sur le réseaux sociaux, développez votre page facebook, ou alors créez une page sur WordPress cela prend 20 minutes et c’est gratuit en dehors du dépôt du nom de site.

Comment développer son activité quand on est coach de vie sans que cela ne vous coute trop cher ?

Voici quelques conseils simples que j’ai utilisé pour démarrer mon activité et qui ont vraiment fonctionné.

  • Inscrivez vous dans des réseaux d’affaires locaux : type BNI. Pour 1500 euros vous avez 30 partenaires de recommandation qui sont vos commerciaux et qui travaillent pour vous trouver des clients.
  • Développez votre cercle de confiance et des partenaires de recommandations externes dans votre sphère Bien Etre (métiers complémentaires : medecins, sophrologues, psy, coachs sportif, coachs professionnels, …)
  • Travaillez votre image et communiquez sur les réseaux sociaux : Facebook, Linked in, Instagram, c’est Gratuit
  • Ultra spécialisez-vous dans un domaine, une niche (exemple : le coaching de femmes enceintes)
  • Faites un blog avec une vraie stratégie digitale

devenir coach de vie : une posture compliquée entre entrepreneur et relation d'aide

La posture compliquée du coach de vie 

Je viens de vous parler d’entrepreneuriat, de developpement d’activité, de rentabilité, et c’est justement ce qui est à l’origine de cette posture compliquée.

Le grand écart de la posture

Car oui c’est une des difficultés que rencontrent beaucoup de nouveaux coachs :

  • Etre un bon entrepreneur ET un bon coach centré sur la relation d’aide;
  • Faire du developpement commercial pour transformer des prospect en client ET garder une position basse vis à vis de leur clients pour ne pas se mettre en avant, se vendre
  • Aider les autres mais ne pas oser demander à ses clients de les aider en les recommandant

Pour beaucoup cela a un coté schizophrénique :

Comment puis-je chercher à gagner de l’argent avec cette position, en ayant l’impression de m’enrichir sur le dos de mes clients, de leur vendre quelque chose, de me vendre ?  

Si vous ne réglez pas cette question, les conséquences peuvent être désastreuses, vous allez vous auto saboter, vous freiner.

L’argent en France est un taboo. L’image des entrepreneurs est assez mauvaise, faussée par tous les scandales impliquant des gros patrons qui s’enrichissent à coup de fraude fiscale ou de parachutes dorés.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les 4 secrets pour vendre sans vendre (1/4) - L'attitude

Le coach de vie lui  aide son client, en position basse, à l’écoute. Mais ce n’est pas un psy !  malgré tout, en France il subit l’image négative que peuvent avoir ces derniers, que certains considèrent inutiles et qui gagnent de l’argent à ne rien faire.

Notre culture française judéo Chrétienne influence également notre rapport à l’argent de façon négative…

” Parler d’argent c’est mal ! en gagner beaucoup… c’est pire, c’est suspect !… en aidant les autres ? c’est sur c’est un escroc un marchand de rêves”.

Se mettre au clair pour réussir

En conclusion, pour un devenir un coach de vie qui réussit et s’épanouit vous allez devoir vous mettre au clair  avec :

  • Votre rapport personnel à l’argent, vos besoins, vos rêves et votre capacité à en gagner
  • Votre rapport à la réussite et aux developpement des affaires, votre tempérament d’entrepreneur
  • Etre OK de gagner votre vie, faire payer, demander de l’argent pour aider les autres .

Pour vous aider à avancer sur ces questions j’ai écrit une série d’article qui s’intitulent : “Les 4 secrets pour vendre sans vendre”  qui ont pour objectif d’aider les personnes qui ont du mal à vendre ou à se vendre. Je vous invite à les lire pour avancer dans votre réflexion et vous préparer, vous y apprendrez :

  1. L’attitude à developper  : cliquez ici pour lire la 1ère partie sur 4 de l’article
  2. Les techniques d’influence éthiques sans manipuler : cliquez ici pour voir la 2ème partie sur 4
  3. Les compétences fondamentales à developper : cliquez ici pour découvrir la 3ème partie sur 4
  4. Comment faire la différence : cliquez ici pour accéder à la 4ème et dernière partie

Les coachs de vie sur Internet 

Voilà un sujet qui pourrait mériter tout un article à lui tout seul. En tant qu’entrepreneur du Bien-Etre, un coach de vie se doit aujourd’hui d’utiliser tous les moyens possibles pour promouvoir son activité sur internet.  Et pas uniquement avec une page ou un site institutionnel statique. Il faut être acteur, proactif, et se tenir au courant des tendances en permanence.

Ne pas être présent sur internet : une énorme erreur

Croyez moi, j’ai mis quelques années avant de me lancer et je le regrette amèrement.

Que vous ayez 30, 40, 50 ans ou plus, si vous voulez devenir coach de vie, vous devez être capable de proposer du contenu, des services, des formations, des conférences, des vidéos, des articles   en digital sur internet.

D’ici quelques années le marché sera surement vraiment saturé, il commence déjà à être envahi par des coachs de vie de 17 ans qui ont lu 3 livres et font le buzz sur instagram en utilisant des techniques très agressives. Si vous ne vous y mettez pas rapidement vous allez être totalement largué.

Les premiers installés, il y a 10 ans bénéficient déjà de la preuve sociale : des centaines de milliers de followers et abonnés sur youtube. Ils génèrent  chacun plusieurs Millions d’euros de Chiffre d’affaires.

Les derniers arrivés auront beaucoup plus de mal à se faire connaitre, étant donné que les règles changent : Google et Facebook ne préviennent pas avant de modifier leurs algorithmes.

Pour les coachs qui ont des clients déjà mais qui traversent le désert et rencontrent des difficultés pour : 

  • trouver de nouveaux clients
  • rentabiliser leur coaching et leur activité,
  • avoir une démarche pro active pour vendre sans aimer le faire
  • et qui s’épuisent à tenter toujours plus des moyens de prospection qui présentent des limites : réseaux, soirées ou événements,

j’ai développé un programme spécial ultra efficace mais réservé aux plus motivés, qui leur permettra d’ajouter 100 000 euros à leur chiffre d’affaires en moins d’1 an…  C’est un raccourci !

Si vous êtes intéressé.e pour découvrir mon système et postuler pour intégrer mon programme. Je vous propose de  planifier une session stratégique par téléphone avec moi. C’est Gratuit. Pour cela vous avez juste à cliquer en dessous et ensuite :

PLANIFIEZ UNE SESSIONS STRATEGIQUE DE 45 MINUTES OFFERTE

Le marketing de contenu : 

Pour vous developper, votre stratégie de développement doit intégrer une partie digitale importante, qui vous permettra d’assurer vos arrières et d’avoir un chiffre d’affaires régulier.

Le marketing de contenu est vraiment au coeur de l’activité des coach de vie sur internet. L’objectif est de donner le plus possible d’informations de qualité, gratuites pour developper et créer votre audience, votre communauté pour ensuite les transformer en clients, puis en fans.

Pour cela il faut se concentrer sur 4 points importants

  • La qualité du contenu : articles, vidéos, podcasts, … le tout gratuit pour montrer votre expertise et votre autorité
  • La régularité des publications : pour intéresser votre audience et la faire adhérer
  • La connaissance et l’application des règles SEO (Search engine Optimizer), pour être bien référencé par Google et les moteurs de recherche.
  • Développer un écosystème digital cohérent : site, blog, réseaux sociaux, youtube,…

Ceci afin de générer du trafic, de l’audience, monter en crédibilité et créer plus de liens avec cette audience pour gagner la confiance.

Le maître mot aujourd’hui sur internet qui est totalement cohérent avec l’activité du coach de vie c’est : AUTHENTICITE , soyez vous même, ne copiez pas.

Quelle formation choisir pour devenir coach de vie

3 – Quelle formation choisir ?

Premièrement, ce n’est pas la formation qui fait le succès du coach de vie.

Les formations vous donnent des outils et vous entraînent à les utiliser.

Ce qui fera votre réussite ou votre échec c’est vous : votre attitude, votre détermination, votre tempérament d’entrepreneur.

Pour cela je vous invite à lire mon article  : 50 conseils pour réussir par des entrepreneurs français à succès 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE  

Comment se retrouver dans la jungle des centres de formation

Je ne vais pas ici vous faire la promotion ou l’apologie de tel ou tel centre ou école, juste pour vous aider je vous propose quelques points que je vous invite à vérifier :

  • L’ancienneté de l’école de coaching  ou du centre de formation : le
  • La certification ou le rattachement de l’établissement à un organisme supérieur ( agréée par l’ICF par exemple)
  • Sa réputation sur internet 

Je vous recommande de lire cet article de l’institut repère qui est un des plus anciens centre de formation de coaching et de PNL en France.  Ils ont écrit un très bon article sur comment choisir son école de coaching.

Cliquez ici pour lire cet article 

Pour information Je n’ai pas fait ma formation là bas  et je n’y ai aucun intérêt financier pour être transparent.

Sinon, je vous recommande vraiment de faire une formation présentielle et non en ligne pour devenir coach de vie. Elle vous permettra surtout de pratiquer, de rencontrer d’autres personnes, de créer des groupes de pairs, du réseau, d’avoir un cadre pour apprendre.

Attention : 

Il existe aujourd’hui des formations diplômantes reconnues par l’Etat et qui délivrent un DESU de coaching. Ces formations sont très théoriques et sont très denses. La plupart du temps, les élèves n’ont pas le temps d’assimiler tout leur apprentissage, et font peut de pratique. Ils sont souvent obligés ensuite de passer par des centres de formation plus spécifiques pour pratiquer et intégrer leurs apprentissages.

Vous pouvez lire également cet autre article de Studyrama  sur le sujet 

Une certification : qu’est-ce que cela vaut ?

Une certification de coach de vie ou d’autre type de coaching n’est pas un diplôme d’état.

Tous les organismes de formation de coaching donne une certification, c’est une attestation d’avoir suivi la formation et d’avoir été évalué à la fin. D’ailleurs tout le monde peut se dire coach.

Par contre, certaines certifications sont réglementées.

C’est le cas de la certification RNCP  qui montre que l’école est inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelles. C’est a dire qu’elles respectent un processus d’apprentissage avec validation des acquis selon des critères établis par le Ministère du travail.

L’autre certification réglementée est celle de la fédération Internationale de coaching , l’ICF.  On parle alors d’accréditation. Les écoles agréées par l’ICF  ont des processus pédagogiques similaires dans le monde entier et s’engagent également à respecter des règles déontologiques et éthiques spécifiques que l’on peut trouver sur leur site.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Reconversion professionnelle test : quel est votre profil comportemental

En pratique, c’est plutôt le coaching professionnel qui est certifié RNCP et accrédité ICF. Cela rassure les entreprises et les grands groupes et leur permet de faire le tri.

Mais pour être coach de vie , avec des particuliers, aucune certification particulière n’est requise.

Pour ma part, j’exerce depuis 6 ans et jamais aucun client ne m’a demandé mes diplômes ou certifications !

Vos accréditations ICF vous servent pour travailler à l’international. La certification RNCP

Donc si cela peut vous rassurer faites une formation agréé, certifiée RNCP mais ce n’est pas forcément cela qui vous rapportera des clients. C’est vous et uniquement vous. Ne vous cachez pas derrière de beaux diplômes.

Pour votre information, la plupart des meilleurs coachs que je connais n’ont aucune certification ou agrément de ce type.

On est coach seulement quand on a des clients 

Les clients avant tout

C’est le premier point que l’on m’a expliqué durant ma formation de coaching. Vous serez réellement coach lorsque vous aurez des clients. Avant vous n’êtes qu’une personne qui veut devenir coach !

Prenez conscience de cela, je croise beaucoup de coachs qui retournent vers le salariat après avoir fait des formations parce qu’ils se rendent comptent qu’être independant n’est pas fait pour eux.

Ne passez votre vie à faire des formations

A un moment donné, il faut passer à l’action, aller chercher des clients, se confronter à la réalité.

On est tous impressionné au départ, on doute, on se demande si on va réussir à aider réellement, si on va faire correctement les techniques… C’est normal. Mais cela ne doit pas justifier de prolonger par des formations annexes qui ne vont aideront pas à developper votre activité.

Il faut trouver le juste milieu entre  : la durée d’assimilation de la formation, du travail sur soi, de la pratique, et le fait de se lancer, passer à l’action, apprendre en travaillant avec des clients.

Personnellement il m’a fallu environ 2 ans.

Avec le recul, si je devais conseiller une formation à faire par tous les coachs, ce serait vraiment une formation complémentaire de Webmarketing.

Le syndrome de l’expert maudit

C’est ce qu’il arrive quand vous détenez une connaissance d’une grande qualité, que vous avez écrit un ou des livres, investi dans des recherches, travaillé des milliers d’heures dans un domaine ,

Vous êtes un expert !…. mais personne ne le sait ! 🙁

Attention à ne pas tomber dans ce travers si :

  • vous pensez que c’est aux autres de venir vers vous, de reconnaitre la qualité de votre travail.
  • Vous n’êtes pas à l’aise  avec la communication, internet, les relations commerciales, la vente, l’argent, l’entrepreneuriat….
  • vous n’êtes pas reconnu à votre juste valeur…

Ne prenez pas le risque de vous retrouver dans cette situation. Allez au devant des gens, développez des compétences utiles pour votre croissance et votre entreprise :

J’ai vu de nombreux coach de vie, frustré(e)s, manquant de reconnaissance, se sentant seul(e)s, avec leurs livres que personne ne lit, et qui leur ont couté des fortunes à produire.

On ne vous forme pas à vendre, ni à devenir un entrepreneur à succès

C’est une réalité, les formations de coaching ne vous forment pas :

  • A devenir un véritable entrepreneur du bien être,
  • A la vente, aux techniques de vente des métiers de coaching
  • Ni à mettre en place une véritable stratégie digitale 

En général on vous explique comment rédiger un contrat et comment le présenter. Or le soucis c’est qu’avant de présenter un contrat, il faut mettre en place une stratégie de prospection amont, rencontrer des personnes, faire en quelque sorte de l’avant vente, parler de soide son métier

Et là souvent c’est la catastrophe.  Le résultat : très peu de contrats proposés et un taux de conversion client très faible.

Mon conseil :

Si vous devez investir en respectant la règle d’1 euro investi pour 2 de gagner au moins c’est de vous former dans une compétence qui va réellement vous faire décoller et où vous aurez un retour sur investissement rapide. 

Vous aurez le temps plus tard de developper d’autres compétences de coaching de vie quand vous aurez des tas de clients à satisfaire!

Développez une offre Premium pour des clients haut de gamme

Trop souvent, les coachs de vie ont un positionnement avec des tarifs à moins de 100 euros de l’heure. Et comme ils cherchent des clients, ils ont la fâcheuse tendance de vouloir toucher tout le monde… Enorme ERREUR !

“Vouloir plaire à tout le monde … C’est ne plaire à personne”

Du coup, à vouloir toucher les étudiants, les entreprises, les dirigeants, les particuliers etc… Personne ne sait plus quelle est votre réelle expertise !  Et donc vous ne pouvez pas être crédible comme spécialiste.

La solution, c’est de trouver une niche, un positionnement qui vous rend unique et de ne s’adresser qu’à cette population précise : message, communication, etc… C’est aujourd’hui le seul moyen de booster sa crédibilité, de vendre plus cher et d’avoir des clients qui vous perçoivent comme un réel expert , et donc qui sont prêts à payer beaucoup plus cher !

Bien sur il s’agit d’avoir de réelles compétences car sinon vous allez vite avoir le retour de bâton si vos clients sont insatisfaits.

Pour travailler sur ce sujet et lancer votre activité, j’ai créé un programme qui s’appelle Business Excellence Starter.

Si vous êtes intéressé.e pour découvrir mon système pour lancer votre activité et atteindre les 100 k en moins de 2 ans  et postuler pour intégrer ce programme. Je vous propose de  planifier une session stratégique par téléphone avec moi. C’est Gratuit ! Pour cela vous avez juste à cliquer en dessous et ensuite :

PLANIFIEZ UNE SESSIONS STRATEGIQUE DE 45 MINUTES OFFERTE

Voilà pour conclure, devenir coach de vie et réussir est aujourd’hui un véritable challenge, le métier est à la confluence de 3 métiers :

  • La relation d’aide et le bienêtre
  • L’entrepreneuriat 
  • Les métiers du numérique

Le précurseur de cette approche est le célèbre Anthony Robbins.

Je résumerai cet article en 1 phrase  :

Pour devenir un coach de vie à succès : travaillez sur vous, formez-vous de façon adaptée, développez votre pratique sur le terrain, mais surtout construisez une entreprise dynamique au service du bien-être et résolument orientée vers le digital pour durer. 

Partagez svp votre expérience ou vos avis en commentaire,   ou si vous souhaitez simplement réagir, c’est en dessous de l’article que cela se passe 😉

Vous avez aimé cet article ?  Notez le, Partagez le ou faites le suivre à l’un de vos amis !

Visitez ma page Facebook  :  CLIQUEZ ICI pour Aimer ma page Facebook ! 

Merci , à très vite

Comment avez-vous trouvé cet article?
Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 58
    Partages

7 thoughts on “Devenir coach de vie : 3 choses à savoir absolument”

  1. Bonjour,

    Excellent article, très complet… un peu trop long pour le lecteur lambda qui risque de partir avant d’avoir fini.
    Pour ce qui est de rechercher une école de formation, j’ai un petit conseil après la mésaventure qui m’arrive après ma formation :
    Certes c’est important de choisir une école qui existe depuis un certain temps et aussi qui a une bonne réputation.
    Cependant ça ne suffit pas. La réputation sur internet s’achète ! Et pas seulement avec de l’argent. L’école en question (dont je parle mais je ne vais pas donner de nom, si vous voulez celui-ci, demandez le moi en privé par le biais de mon blog par exemple) offre une deuxième formation à ses élèves. Du coup, difficile de parler de ce qui ne va pas sans louper cette opportunité.
    J’ai donc passé 6 mois à me former. Cette formation est absolument formidable, complète avec des intervenants (extérieurs je le souligne) qui savent de quoi ils parlent. Arrive le moment de la certification : je la rate. Pourquoi ? je ne sais toujours pas !
    Et c’est là que le cauchemar commence !
    Déjà, la certification a été passé par un Jury de deux membres : l’une était ma coach (puisque on a eu le droit à un coaching gratuit) et l’autre était à la fois formatrice et tutrice). Et je dois dire que cette personnes en question n’avait pas l’écoute suffisante pour être tutrice ! Ce que je me suis permis de lui dire… Et je rate ma certification !! (d’après le site gouv.fr RCNP à qui je me suis permis de poser la question, un jury dans ces conditions peut être composé de personnes ayant un lien avec la formation mais aussi de personnes neutre aussi.)
    Quand elle m’annonce que je la rate, je lui demande ce qui ne va pas : elle m’explique tout un tas de chose qui n’ont ni queue ni tête.
    Je demande donc au responsable pédagogique des explications non pour juger d’ailleurs mais pour savoir ce que je devrais faire pour réussir la certification la prochaine fois. Je n’ai eu aucune réponse !
    Chaque fois que j’essaye d’avoir quelqu’un en appelant leur standard, personne n’est disponible (et en plus la personne du standard est très désagréable ! ). La dernière fois que que je demande quelqu’un, c’est le commercial qui m’appelle car il croyait que je demandais une formation !!
    Je lui explique la situation et me dit qu’il va essayer de faire quelque chose ;
    Et en effet, la semaine suivante, j’arrive enfin à avoir le responsable pédagogie. J’avais eu l’occasion de l’entendre dans des vidéos sur youtube, dans des cours enregistrés et je pensais que c’était quelqu’un de bien, à l’écoute.
    Sauf que cette personne a cherché à me manipuler au téléphone !!! Depuis j’attends toujours qu’on m’aide. Et comble de malhonnêteté, ma formation a été pris en charge en partie par le FAFTT (organisme des intérims) Je devais signer une attestation de fin de formation pour que l’école soit payé. Sauf que cette attestation stipulait que “j’avais ma certification” !!
    Bref, tout ça pour dire qu’avant de vous engager dans une formation, essayer de voir comment se comporte le personnel administratif car si comme moi vous savez ensuite des difficultés… ben il n’y aura plus personne. Et pourtant, cette école existe depuis un certain temps et a une “bonne” réputation.

    1. Merci Dominique pour ton commentaire, effectivement, il est parfois difficile de faire la différence entre l’ereputation marketing achetée et la vrai réputation. Beaucoup de centres de formations se sont créés et certains avec des moyens conséquents et une vraie stratégie business. Il est donc important de prendre le temps et de ne pas se précipiter, de les visiter, de contacter d’anciens élèves etc… . Je voulais juste revenir sur un point important qui me semble fondamental : ce n’est pas la formation qui fait le coach. Si toutes les personnes qui avaient fait de grandes écoles étaient de bons managers ça se saurait ! Je pense que si on a des doutes, il faut revenir sur les 2 centres principaux historiques : IFPNL et Repères qui restent des valeurs sûres. Apres j’ai entendu également beaucoup de choses sur certains centres soit disant très réputés et au final peu recommandables. Donc il faut rester prudent. Mon point de vue c’est que la certification n’est qu’un bout de papier. Elle a la valeur qu’on veut bien lui donner. Le travail sur la confiance en soi et l’estime de soi avec des résultats à la clef pour tes clients vaudra toutes les certifications du monde . (sauf si tu veux bosser pour des grands groupes).

  2. Hé oui tu l’as dis, sauf si tu veux bosser pour des grands groupes : Avec la certification j’aurais pu bosser pour des entreprises ou pour des associations de recherche d’emploi comme Pole emploi, l’Apec ou d’autres. L’objectif premier aurait été évidemment de me faire connaitre même si j’avais fait ça gratuitement, mais aussi d’aider des personnes parce que au final c’est pour ça que je fais ce métier (même si j’ai bien conscient qu’on ne peut pas aider des gens qui ne veulent pas être aider 🙂 .
    Et oui être coach, ce n’est pas un bout de papier qui fait la différence. Mais quand même dans le pays des diplômes… 😉

  3. Bonjour Frédéric !

    Je découvre aussi ton blog via cet excellent article et je te félicite tout d’abord pour sa qualité et sa clarté qui m’ont permis de démêler pas mal de choses !

    Pour ma part, j’ai déjà créée mon statut micro entrepreneur en tant que coach.
    Je n’ai pas encore trouvé ma “niche” clients, même si je creuse le sujet et que j’ai tout de même quelques orientations claires en ligne de mire.

    J’avais programmé une lancée officielle en septembre (j’ai quitté mon CDI en juin), mais plus ça va et plus je me questionne : en effet, je lis qu’un coach n’est pas crédible (voir dangereux !) s’il n’est pas formé / certifié expressément en “coaching professionnel” et accrédité via ICF, EMCC ou autre… Je lis que cela altère irrémédiablement à sa réputation. Voir que cela peut avoir des effets juridiques notables en cas de problème avec un client (?) (le métier ou la dénomination de “coach professionnel” sont-ils protégés ? Difficile d’avoir une information claire).

    Pour ma part, j’ai un Master 2 en entrepreneuriat et suis déjà certifiée en PNL, la qualité du contenu qui m’a été dispensé m’ayant permis de comprendre l’importance du cadre, de la posture et de l’écologie qui va avec (réorienter si besoin).
    J’ai également effectué un travail personnel auprès d’une thérapeute il y a plusieurs années et ai eu l’occasion de travailler en tant que coach carrière au sein d’une entreprise pendant 2 ans. Je ne me sens donc pas totalement débutante (bien que je n’ai pas suivis un enseignement de “coaching pro”, j’ai conscience des enjeux et de l’écologie à respecter dans le cadre de mes coachings et pratique le questionnement / la posture “basse” sans jamais orienter/conseiller. J’ai bien conscience d’avoir encore beaucoup à apprendre, mais je me sens capable de démarrer ma carrière de coach sans effectuer au préalable ce type de formation.

    Pour autant, lorsque j’ai posé dernièrement la question sur un groupe d’entrepreneur FB, on m’a fait comprendre explicitement qu’être coach était un Métier nécessitant formation et accréditations “sérieuses” (NDLR : si tu n’as pas fais de formation adéquate, tu ne peux te prétendre coach). Je ne suis pas opposée à me former via ce genre d’écoles, bien au contraire. Mais ce n’était pas ma priorité en termes de formation (je pensais valoriser cette année des outils comme le MBTI ou l’hypnothérapie) et j’avais plutôt dans l’idée de démarrer mon activité avec quelques clients, puis entamer une formation de coaching d’ici un an ou deux. Or, les retours qui m’ont été faits me donnent l’impression que c’est un passage obligatoire pour l’exercice de cette activité… (sachant que j’aimerais également intervenir en entreprise sur des thématiques de développement personnel).

    En lisant ton article, je comprends donc que ces retours sont faux (c’est un atout supplémentaire, pas une obligation légale) et qu’il est possible de démarrer une activité de coach sans un parcours certifiant ou diplômant ?
    Sauf peut-être si l’on souhaite exercer auprès des entreprises ?

    Je te remercie pour ton retour !
    Belle journée.

    1. Bonjour Noémie
      Déjà merci pour ton long commentaire, ton témoignage et tes encouragements 🙂 .

      Ce que je comprends dans ce que tu écris c’est que tu veux exercer une activité d’accompagnement sans avoir encore de diplôme “officiel” de coaching mais alors que tu as une certification en MBTI et en PNL.
      L’activité de coach, et le terme même de coach aujourd’hui n’est absolument pas réglementé. De plus, dans tous les cas, même si elle l’était, rien n’empêcherait une personne d’accompagner une autre personne avec des outils de developpement personnel sans s’appeler coach.
      La certification de coach est juste pour l’instant un cadre déontologique et méthodologique et ce serait bien que cela le reste.
      Ce cadre tu l’as déjà avec ton experience de coach de carrière, et avec la PNL. Et comme tu as fait une thérapie, tu t’es posée les bonnes questions.

      j’abonde dans ton sens pour ce qui est de commencer ton activité, trouver d’abord des clients, et éventuellement voir pour une certification après ou une spécialisation en fonction de ce qui te fait vibrer ou de là ou tu es excellente. ( oui j’invite tout le monde à se former dans le/les domaines où il/elle est excellent(e) ! c’est beaucoup plus motivant et utile et cela vous fera devenir un vrai spécialiste, plutôt que de se former pour combler des lacunes.)

      Ce qui défini un(e) coach c’est d’abord son attitude, son état d’esprit, et surtout les résultats qu’il/elle permet d’obtenir pour ses clients. Ce n’est absolument pas les outils qu’il/elle utilise (C’est une des plus grosses erreurs des coachs d’ailleurs, de se cacher derrière leurs outils ou diplômes et d’oublier que l’essentiel ce sont les résultats et les bénéfices pour leurs clients)

      Après effectivement si tu veux travailler pour des grandes entreprises ( mais là c’est compliqué souvent si on est pas du sérail ou qu’on y a pas travaillé avant avec de solides références de management) , la certification ou les accréditations sont obligatoires, tout comme l’approche Datadock pour les formateurs. Elle l’est juste pour pouvoir sélectionner dans des appels d’offre.
      Mais souvent il faut être en consortium ou en cabinet avec de l’ancienneté car une grosse boite ne confie jamais un gros contrat à un coach isolé. Et encore moins si il vient juste de démarrer.

      Mais que ce soit clair, sans une réputation dans les grandes entreprises ou sans un portefeuille client important, et un pédigré en étant passé par celles ci… C’est un véritable parcours du combattant pour espérer travailler avec des boites du CAC 40 qui dans de nombreux cas font appels à d’anciens RH de leur groupe reconvertis en…. coach et donc il est quasi impossible de se faire référencer si on est pas déjà connu ou qu’on ne connait pas parfaitement le secteur.
      ou alors à moins d’avoir été connu et avoir une sérieuse réputation dans un autre dommaine : sport, théatre,… ( qui sont très prisés des grands groupes)

      Pour les petites structures c’est totalement différent. D’où l’importance de savoir sur quelle Niche on veut travailler et quelles personnes ont veut aider.

      j’accompagne d’ailleurs plusieurs coach aujourd’hui à trouver leur positionnement pour trouver leur niche, gagner des clients qui leur correspondent et developper leur activité pour bien en vivre.

      Si tu as d’autres questions n’hésite pas.
      Tu peux me contacter directement sur mon mail en contact ou via mon site pro.

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.