Comment sortir du syndrome de l’imposteur

Il y’a quelques jours un client me faisait part de sa difficulté à proposer et vendre des offres à 5000 euros. 

Il se sentait mal à l’aise… Pas légitime. Ç est ce qu’on appelle communément le syndrome de l’imposteur. 

Ce syndrome n’a rien à voir avec votre valeur , vos compétences, votre savoir-faire… mais juste avec votre estime de vous même. 

Il touche souvent d’anciens salariés reconvertis qui démarrent une nouvelle activité : coach, consultant, indépendant, prestataire de service.

Tant que vous travaillez dans un environnement connu, vous gardez la reconnaissance et la valeur dans un cadre précis que vous connaissez bien. Vous pouvaient alors développer des compétences mais tout en restant dans votre zone de confort, celle de l’entreprise et de la paie qui tombe à la fin du mois.

Quand vous vous lancez dans une nouvelle activité, que vous devenez entrepreneur, indépendant, ou expert… plus de feuille de paie, plus de cadre connu…. Vous vous retrouvez seul avec vous-même et vos propres doutes.

Souffrez-vous du syndrome de l’imposteur ?

Car si ç’est la cas voici une bonne nouvelle. 

Vous pouvez en sortir rapidement grâce à l’approche présentée ici. 

1 – Si vous démarrez dans un nouveau domaine ou suite à une reconversion professionnelle

Vous vous dites peut-être : “je ne suis pas encore à l’aise dans ce nouveau métier, je démarre, donc je vais commencer par proposer des tarifs bas, me faire la main avec mes premiers clients.”

Du coup quand vous aurez plus d’expérience vous vous sentirez plus légitime et donc vous pourrez monter vos tarifs…

Si vous pensez cela ? C’est normal ! Vu que tout notre système éducatif et notre culture nous amènent à penser dans ce sens. 

Vous sortez de l’école, vous apprenez plein de choses mais quand vous démarrez votre carrière vous est considéré par les entreprises comme sans expérience et donc sans réelle valeur et vous apprenez en général votre métier par l’expérience dans l’entreprise qui vous a recruté. 

Et du coup vous reproduisez ce schéma en sortant de votre école de coaching ou de votre reconversion ou quand vous montez votre boîte après avoir été salarié.

Aie … c’est une terrible erreur !

2 – Quel est le principal problème et l’importante conséquence

Le problème c’est qu’en commençant bas, sans confiance dans votre offre, vous communiquez ce malaise à vos prospects et clients qui n’ont du coup pas totale confiance en vous. 

Vous vous cachez ensuite derrière une obligation de moyens en vous disant : ” si je n’ai pas de résultats c’est pas grave je me fais la main et mon client sera indulgent, il m’aime bien.” 

Cela veut dire que vos premiers clients ont payé pour ne pas avoir ou peu de résultats, qu’il ne vont pas changer leur vie, que vous n’apporterez pas beaucoup de valeur dans leur vie et donc qu’il ne vont pas se rappeler de vous ni vous recommander. ils vont vous dire que c’était bien par courtoisie mais au fond d’eux ils savent que rien a réellement changé.

Vous allez finir frustré également et penser que vos accompagnements n’ont pas l’effet souhaité et douter de plus en plus

Sans compter que vous n’augmenterez jamais vos tarifs vu que vous n’avez pas pu obtenir de réels changements chez vos clients.

et donc vous vous sentirez encore moins légitimes… et votre estime en prendra un gros coup.

Ce schéma ne fonctionne pas. 

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   7 questions cruciales à se poser avant de monter sa boîte

3 – La bonne approche

La bonne approche : c’est de se dire que vous ne pouvez pas être l’expert parfait pour tout le monde mais que vous pouvez être la personne parfaite pour une certaine catégorie de personnes. 

Et que pour cela vous avez juste besoin d’avoir une longueur d’avance sur elle.

Vous êtes quelques pas devant votre client idéal et du coup vous le comprenez, mais vous ne pouvez pas aider tout le monde. 

Mais c’est très bien ainsi ! 

Car qui est selon vous la meilleure personne pour aider vos clients ?

Celui qui est déjà une star dans son domaine, inaccessible et qui est déjà dans d’autres strates…

Ou alors vous qui avez vécu ce qu’il a vécu. Vous qui avez une histoire de vie proche de la sienne et qui avez juste une longueur d’avance suffisante pour comprendre ce que ressent votre client. Et du coup Vous qui savez exactement comment faire pour sortir de la situation dans laquelle il est bloqué, car vous l’avez vécu à sa place avant lui et il y a peu de temps.

4 – Comment agir et réagir pour sortir rapidement du syndrome de l’imposteur

Le premier pas c’est de commencer par se dire que vous êtes OK avec le fait de ne pas être parfait, d’être le meilleur, de n’avoir pas encore beaucoup d’expérience. 

Ensuite vous ne pouvez pas tout savoir et être la référence si vous avez démarré il y a quelques mois. Mais cela votre prospect ne le sait pas. Si il vous choisit et qu’il s’engage avec vous c’est que vous êtes la meilleure personne pour lui, alors ne le décevez pas.

Donc travaillez d’arrache pied pour vous spécialiser et restreignez vous à un champ d’activité ou une spécialité.

C’est beaucoup plus rapide de devenir un expert dans un domaine que dans une foultitude de domaines.

Il va donc falloir vous limiter.

La 2ème étape c’est d’arrêter de se regarder le nombril et de penser réellement à vos clients. Ils s’en contre foutent de vos considérations, ils ont payé donc ils vous pensent légitimes.

Ce qu’ils veulent eux ce sont des résultats concrets.

Donc focalisez vous sur le fait de résoudre leurs difficultés et problèmes et travaillez jour et nuit si il le faut mais apportez leur la solution à ce qu’ils demandent.

Ce doit être votre seul objectif. 

Ensuite travaillez avec un coach pour réellement connaitre votre zone d’excellence, celle ou vous êtes à l’aise, qui vous semble naturelle, et là ou vous avez la plus forte valeur ajoutée et où vous prenez le plus de plaisir.

Car si vous êtes dans votre zone d’excellence, alors vous êtes maître de votre sujet et en confiance dans vos capacités. Du coup, vous allez véhiculer ce sentiment de maitrise qui va mettre vos prospects en confiance également . Ils vont le ressentir et vous allez alors devenir magnétique.

Le syndrome de l’imposteur n’est pas une fatalité, pour luter activement contre, il faut passer à l’action, et arrêter de réfléchir.

Quand on est jeune on a tendance à passer à l’action avec de réfléchir. Avec l’âge, on fait l’inverse mais surtout on réfléchit… et on réfléchit… et on réfléchit…. et parfois on agit jamais !

Car en faisant des choses, on apprend, en apprenant on progresse et on vit des succès, on réussit et on fait disparaître ce syndrome de l’imposteur.

Si vous êtes OK avec ces 2 étapes, que vous êtes à votre compte, coach, consultant et que vous voulez passer à la vitesse supérieure, lancer votre activité ou booster votre business alors prenez rendez-vous avec moi , c’est gratuit.

Cliquez ici pour réserver votre session stratégique dès que possible

A très vite

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Réussir sa reconversion professionnelle : 99 choses à faire

Frédéric

Comment avez-vous trouvé cet article?
Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

1 thought on “Comment sortir du syndrome de l’imposteur”

  1. Merci Frédéric d’aborder ce thème du syndrome de l’imposteur ! C’est un réel problème pour de nombreuses personnes, qui ignorent même souvent que ce sentiment d’infériorité s’explique et porte un nom. Un travail sur la confiance en soi et l’estime de soi est également une bonne idée pour le dépasser. Au plaisir de lire un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.