Comment booster votre reconversion professionnelle

Vous n’aimez pas le travail que vous effectuez actuellement ? L’idée d’une reconversion vous trotte dans la tête mais vous ne savez pas quoi faire ? Vous hésitez entre continuer à effectuer un travail salarié en faisant un autre métier ou bien créer votre entreprise ? Mais comment faire pour trouver un métier susceptible de mieux vous correspondre ? Comment faire aussi trouver le temps et l’argent pour vous former à ce nouveau métier ? Comment faire également pour justifier cette reconversion auprès de futurs recruteurs ? Et puis, si vous décidez de créer votre entreprise, comment trouver l’idée ? Comment également s’assurer qu’il existe un potentiel économique ? Comment aussi assurer une bonne transition entre votre vie actuelle de salarié et celle future d’entrepreneur ? Et, enfin si cela ne marche pas, comment justifier cet épisode de création auprès des recruteurs pour retourner au salariat ? Bref, avez-vous envie de booster votre reconversion professionnelle ?

Si ces questions vous font écho, alors il est urgent pour vous de lire cet article. Dans ce billet, je vous partagerai mon expérience de reconversion en mettant en évidence les éléments qui m’ont poussé à me lancer et qui me permettent aujourd’hui de rester motivé sur le chemin de ma reconversion malgré toutes les difficultés rencontrées.

Note : Cet article invité est écrit par Jeff Carlotti du blog Ma carrière en main. Jeff est un ancien ingénieur en logistique reconverti dans le conseil en recherche d’emploi. Sa mission ? Vous permettre de décrocher le job de vos rêves grâce à des méthodes peu connues..

 

Booster votre reconversion professionnelle avec l'introspection

 

1. Booster votre reconversion professionnelle commence par une introspection…

 

Pourquoi une introspection ? Tout simplement pour que vous commenciez à identifier ce que vous aimez faire. Et pourtant identifier ce que vous aimez faire est-il important ? Tout simplement parce que le plaisir sera d’une aide précieuse pour vous lancer mais surtout pour tenir sur le long terme. C’est du moins le conseil donné par Benjamin Vauris, expert en gestion du temps : “Si je prends du plaisir dans mes activités, ça va être beaucoup plus simple et beaucoup plus automatique de me mettre dedans.

Ma reconversion professionnelle a débuté en 2015 quand mon meilleur ami Jérôme m’a proposé de l’accompagner à un atelier gratuit sur le thème de la prise de parole en public. Cet atelier était animé par Nicole Licciardi, une coach professionnelle spécialisée en communication. J’ai passé deux heures à être pendu à ses lèvres, à poser des questions. C’était la première fois que j’entendais quelqu’un partager un point de vue si original et si facilitateur ! Bref, j’étais conquis.

Mais pourquoi mon meilleur ami Jérôme m’a-t-il proposé d’aller à cet atelier ? Tout simplement parce qu’un jour je lui ai confié que cela me pesait terriblement d’être timide et que j’avais envie de trouver des solutions pour être plus à l’aise devant des gens. Jérôme, qui avait le même problème, m’a alors prêté un livre de développement personnel que lui avait conseillé son père. Il s’agissait de Comment se faire des amis ? de Dale Carnegie. Une référence en la matière. J’ai lu le livre et j’en ai discuté avec Jérôme.

Puis un jour, le père de Jérôme lui a parlé de cet atelier gratuit qui était animé par la femme de l’un de ses anciens formateurs. Il a aussitôt pensé à moi. Que retenir de tout cela ? Eh bien que le plaisir peut trouver sa source dans une frustration que nous avons dépassée. C’est du moins ce que dit le coach Tony Robbins dans le documentaire I Am Not Your Guru disponible sur Netflix. Vous pouvez le regarder gratuitement en français car Netflix vous propose une période d’essai gratuite d’un mois.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment exploser ses objectifs à chaque fois !

Suite a cet atelier que j’ai réalisé avec la coach Nicole Licciardi, je me suis inscrit à sa formation de prise de parole en public. Son coût ? 1800 €. Ça a été le premier investissement que j’ai réalisé sur moi. Le résultat ? J’ai notamment appris à répondre de manière improvisée à n’importe quelle question. C’est aujourd’hui ce que j’enseigne aux personnes que j’accompagne pour aborder sereinement leurs entretiens de recrutement et j’adore ça !

Le double effet Kiss Cool de cette méthode, c’est qu’en plus d’avoir identifié des activités qui sont source de plaisir pour vous, vous avez un impact positif sur la vie d’autres personnes. Votre travail fait donc sens au niveau de l’ensemble de l’humanité. Ce n’est pas comme bosser pour Total, on est d’accord ? Autre leçon à retenir : Parlez des solutions que vous recherchez à toutes les personnes que vous rencontrez. C’est le conseil que Philippe Gabilliet donne dans son livre Éloge de la Chance. Vous aurez plus de chance de rencontrer une personne qui vous aide à dépasser l’une de vos frustrations.

La troisième leçon est la suivante : investissez sur vous. À l’heure où je vous parle, voici une liste non exhaustive d’actions que j’ai réalisées pour mon développement professionnel et personnel :

  • Formation en prise de parole en public (valeur de 1800 €)
  • Coaching professionnel (valeur de 2400 €)
  • Formation en webmarketing (valeur de 2000 €)
  • Formation en vente éthique (valeur de 2600 €)
  • Etc.

Et vous ? Quelle(s) frustration(s) avez-vous connues par le passé et avez-vous dépassées ? Et quelle(s) frustration(s) connaissez-vous encore aujourd’hui ? Êtes-vous prêt(e) à en parler à votre entourage pour trouver des pistes de solutions ? Êtes-vous prêt(e) à investir sur vous pour dépasser ces difficultés ?

 


Avoir un plan d'action pour booster votre reconversion professionnelle

 

2. … et se poursuit par un plan d’action concret !

 

À ce stade, vous avez trois possibilités : soit partir vers un métier salarié, soit partir vers un métier d’entrepreneur, soit les deux : développer votre activité d’entrepreneur en parallèle d’une activité salarié. Juste là, tout va bien. Maintenant, comment faire pour choisir ce qui est le mieux pour vous entre le salariat et l’entrepreneuriat ? Je vais vous proposer une méthode que j’utilise avec les clients que j’accompagne de manière individuelle. Vous pouvez retrouver cette méthode de manière plus détaillée en cliquant ici.

Dans les grandes lignes, qu’est-ce que donne cette méthodologie ? L’idée est simple : listez toutes les expériences professionnelles et personnelles que vous avez eues. Puis, pour chaque expérience, listez les tâches que vous avez réalisées. Enfin, pour chaque tâche, notez le degré de plaisir que vous avez eu en lui donnant une note sur 5. Cet exercice va vous permettre de prendre conscience du type d’activité qui vous correspond. Et pourquoi je vous demande également de parler de votre vie privée ? Tout simplement parce qu’étant donné qu’on n’a pas de contrainte financière, très souvent, on a davantage tendance dans le domaine personnel à faire ce qu’on aime. Vous n’avez pas envie de vous priver d’une précieuse source d’informations, n’est-ce pas ? 😉

Pour ma part, voici une des tâches que j’aime bien réaliser : interviewer des gens. Dans le cadre de mon activité actuelle, j’interviewe beaucoup d’experts dans des domaines relatifs à la recherche d’emploi, comme par exemple David Lefrançois sur le thème du marketing de soi quand on cherche du travail. Vous apprendrez notamment comment appliquer les stratégies que des grandes entreprises comme Apple utilisent pour vendre. Tentant, n’est-ce pas ? Et vous ? Quelles sont les tâches qui vous font vibrer ? Accordez-vous 25 minutes montre en main pour y réfléchir. Prenez soin de coucher vos idées sur le papier.

Ensuite, réfléchissez à quelles idées de métiers ces tâches vous inspirent. En 2018, j’ai accompagné Laure. Laure travaillait dans le secteur des logiciels de ressources humaines. Et quand nous avons mis à jour les tâches qu’elle aimait faire, nous sommes tombés sur :

  • Accueillir
  • Faire découvrir
  • Voyager
  • Expliquez
Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Valeurs humaines : comment transformer sa vie

Je ne sais pas quel métier ces verbes vous inspirent. Pour Laure et moi, la première réponse qui nous est venue en tête est la suivante : agent de voyage ! Alors oui, il y a un grand écart entre les secteurs de l’informatique et du tourisme. C’est pourquoi dans la prochaine étape de la méthode est d’aller interviewer des personnes qui exercent déjà le métier qui semble vous correspondre (ainsi que leurs managers) pour :

  • Valider si ce métier vous plaît (ou pas)
  • Voir comment faire pour tendre vers ce type de métier !

De cette manière, vous aurez toutes les informations dont vous avez besoin pour vous orienter (la cible et le chemin) et naturellement, vous verrez si vous tendez davantage vers un travail salarié ou plutôt d’entrepreneur.

Je suis en train d’accompagner une personne du nom de Marianne. Marianne était chef de projet dans l’évènementiel, elle a suivi son compagnon sur Lyon, a eu un enfant et souhaite maintenant relancer sa vie professionnelle. Le nouveau métier qui semble se dessiner pour elle est celui de kinésiologue. C’est un métier qui nécessite une formation sur plusieurs années (plusieurs week-ends par mois), qui a un certain coût (plusieurs centaines d’euros par week-end), etc.

Marianne a donc trouvé une voie qui lui correspond a priori. Elle part dans l’entrepreneuriat. Son idée : la kinésiologie. Dans le travail que nous mènerons dans la prochaine séance sera de définir sa spécificité en tant que kinésiologue. C’est-à-dire de mettre en lumière ce qui la différencie de toutes les autres personnes exerçant ce même métier. Nous ferons également une étude de marché pour voir quel est le potentiel économique de cette transition professionnelle (combien de kinésiologues sont présents sur Lyon, où exactement sont-ils situés, etc.). Ensuite, nous étudierons les modalités de la transition de Marianne en cherchant des réponses aux questions suivantes :

  • Y a-t-il des formations de kinésiologue sur Lyon ? Combien de temps durent-elles ? Combien coûtent-elles ?
  • Comment financer le coût de l’une de ces formations ? Comment financer le coût de la vie en attendant que Marianne se constitue une clientèle (Pôle Emploi, etc.) ?

Vous l’aurez compris, j’ai pris un exemple associé à l’entrepreneuriat mais cela fonctionne également avec le salariat 😉. À la seule différence près qu’il faudra justifier votre transition professionnelle.

Sachez de prime abord que vous pouvez trouver du sens à n’importe quel type de transition professionnelle. Le tout est d’expliquer au recruteur en quoi cela vous a semblé être l’étape suivante logique de votre vie professionnelle.

Voici mon exemple. J’étais ingénieur en logistique et aujourd’hui je suis conseiller en recherche d’emploi. Pourquoi donc est-ce que j’ai choisi de faire ce nouveau métier-là plutôt que celui de fleuriste ? Tout simplement parce qu’en l’espace de 5 ans, j’ai changé 4 fois d’entreprise. Pourquoi tant de changements ? Parce que je n’étais pas épanoui au travail et que je pensais à l’époque que cela venait de l’entreprise. Sauf que à l’époque, je ne savais pas me vendre en entretien. J’étais une vraie brêle. Et je me souviens que je m’étais confié à Jacqueline Vacherand-Revel, ma professeur de master II de psychologie sociale et du travail et que celle-ci m’avait conseillé le livre d’Olivier Warrot qui s’intitule Sachez-vous vendre !

J’ai mis en application les conseils de ce livre et j’ai décroché trois CDI ! Ça y était, je savais me vendre. Mais à chaque fois que je changeais d’entreprise, je me rendais compte que je n’étais pas heureux. Alors, bien sûr, à l’époque je me mentais à moi-même (si, si, c’est possible, croyez-moi ^^”). Je me suis alors demandé si ce qui me posait problème n’était pas simplement un problème d’orientation. Je me suis alors fait accompagner par une coach professionnelle (2 400 € quand même ^^). Et cela m’a permis de prendre conscience que j’avais beaucoup plus de plaisir à faire du marketing et de la communication qu’un métier technique comme celui d’ingénieur.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :   Réussir sa reconversion professionnelle : 99 choses à faire

Mais comment j’en suis venu à l’entrepreneuriat ? Tout simplement parce que j’avais interviewé des personnes qui travaillaient dans les domaines du marketing et de la communication (en tant que freelances, en agence et chez des annonceurs) et que les métiers qu’ils me décrivaient ne me faisaient pas du tout envie. Puis, le hasard a fait que j’ai rencontré une jeune femme entrepreneur, Mareva Bouchaux, qui m’a poussé à me lancer en tant qu’indépendant en faisant ce que je savais faire le mieux : aider les gens à trouver un travail qui leur correspond !

Article écrit par Jeff Carlotti du blog Ma carrière en main.

***

Et vous ? Partagez-nous dans les commentaires vos expériences ! Vous êtes-vous reconverti(e)s ? Comment avez-vous fait pour identifier ce nouveau métier ? Comment s’est passée votre période de transition ? Quels obstacles avez-vous rencontrés et comment les avez-vous dépassés ? Vous avez la parole, profitez-en !

Comment avez-vous trouvé cet article?
Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 24
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.